Communiqué, Front National du CHER, Immigration

Communiqué du Front National du Cher : « De Calais en Berry »

De Calais en Berry : une centaine de clandestins de plus imposés par l’Etat aux habitants du Cher.

Communiqué de Jean-René Coueille, Conseiller Régional et Secrétaire Départemental du Front National du Cher

Cette année, au mois de mars, le Front National du Cher dénonçait l’arrivée dans notre département de 124 clandestins dont on nous disait à l’époque qu’il ne fallait pas s’inquiéter car nous en resterions là. Qui pouvait le croire, alors que Bruxelles en avait imposé à la France en 2015 plus de 30 000 à accueillir, à nos frais, en 2 ans.

Nous apprenons cette semaine, que sans concertation avec les maires, une centaine de plus est imposée aux habitants de Bourges, de Vierzon et de Saint-Amand-Montrond dont le maire a le courage de dire publiquement « qu’ils ne sont pas les bienvenus » dans sa ville déjà durement éprouvée par le chômage. Le maire communiste de Vierzon, havre de prospérité et de sécurité, trouve cela parfaitement normal et souhaitable, ce n’est sans doute pas l’avis de la majorité des Vierzonnais.

Incapable de contrôler l’immigration clandestine ou pas d’ailleurs, ayant perdu la capacité de contrôler nos frontières disparues dans l’escroquerie de l’ « espace Schengen », Hollande après des années d’inertie, face à l’exaspération des habitants de Calais et de sa région, victimes des accords du Touquet signés par Sarkozy et qui consistent en fait à ce que la France prenne en charge le contrôle de la frontière avec la Grande-Bretagne, a décidé de vider la « jungle » de Calais en dispersant dans tout le pays (sauf en Corse !) les 9 000 ou 10 000 clandestins qui l’occupent.

On peut d’ailleurs faire remarquer, que l’excellent Mr Raffarin du Parti Républicain prônait déjà l’année dernière cette solution afin de « revitaliser nos campagnes ».

Trois questions se posent :

- Pourquoi nous impose-t-on ces délinquants étrangers, car entrer illégalement sur notre territoire est un délit, sans même consulter les maires concernés.

-Qui va payer ?

-Combien de temps vont-ils rester ?

A la première question, on peut répondre que nos gouvernements successifs UMPS sont mondialistes et favorisent l’immigration extra-européenne depuis plus de 40 ans et que le traité de Schengen nous a fait perdre le contrôle de nos frontières. On peut aussi remarquer que des dirigeants soucieux de servir leur peuple et leur pays peuvent s’y opposer. Ainsi, Viktor ORBAN, 1er Ministre de la Hongrie organise-t-il dimanche 2 octobre un référendum pour demander au peuple hongrois s’il accepte que Bruxelles impose un quota de migrants sans demander l’avis du Parlement hongrois.

A la deuxième question on répondra que bien sûr c’est le contribuable qui, à son corps défendant va payer l’équivalent d’un SMIC mensuel pour l’entretien de chaque clandestin.

Rappelons tout de même que nombre de Français doivent se contenter des 500 € du RSA pour vivre et que nombre de nos anciens survivent avec des retraites de 600€ par mois. Et pire encore, l’Etat trouve et paye des logements pour les clandestins alors que 6 000 Français au moins vivent dans la rue.

A la troisième question, on peut sans se tromper répondre toujours. En effet, on a beau nous expliquer que le temps passé dans les Centres d’Accueil et d’Orientation sera limité à quelques semaine nous savons bien de ceux qui seront reconnus réfugiés resteront et feront venir leur famille en France et que ceux qui seront déboutés du droit d’asile resteront aussi puisque 95% des arrêtés de reconduite à la frontière ne sont pas exécutés.

Steeve BRIOIS, maire Front Nation d’Hénin-Beaumont a lancé la « Ma commune sans migrants » invitant les maires et leurs conseils municipaux à refuser comme la majorité des Français l’installation forcée de migrants clandestins dans nos villes et nos campagnes.

Nous verrons bien si des maires du Cher la signeront

L’immigration-invasion se poursuit et s’amplifie, elle pèse sur nos équilibres économiques et démographiques et nous conduit à la tiers-mondisation et à la guerre civile dont les attentats de ces derniers mois ne sont qu’un des prémices.

Notre département subit de plein fouet la désindustrialisation, la crise agricole et le chômage il n’a pas à supporter les conséquences de conflits qui nous sont étrangers.

Seul le Front National dénonce depuis des décennies le risque mortel de l’immigration extra européenne imposée et subie et seule l’arrivée de Marine LE PEN au pouvoir en mai 2017 pourra mettre un terme à cette folie en retrouvant le contrôle de nos frontières, en expulsant systématiquement les clandestins et en imposant à tous ceux qui vivent chez nous nos règles et nos lois.

Mots-clefs :, , , ,

Ceciliaromain |
Derisioamigliahabbix |
Tatuaggis18 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Du pain et des jeux
| France 2.0
| Letoutpetitjournal