Non classé

Revue de presse en date du 21 mars 2013.

Quinze CRS en renfort durant 10 jours (BOURGES)

Revue de presse en date du 21 mars 2013. crs-bourges-siffert_1052079-150x150Jusqu’à la fin de la semaine prochaine, quinze hommes de la compagnie républicaine de sécurité (CRS) 52, de Sancerre, vont patrouiller dans le quartier berruyer du Val d’Auron et à Saint-Germain-du-Puy.

Ces quinze CRS sont arrivés hier. Demandés par le préfet du Cher, ils sont mis à la disposition de la direction départementale de la sécurité publique. « Quand ils ne font pas du maintien de l’ordre, les CRS sont disponibles pour des missions de sécurisation », explique Brigitte Siffert, directrice départementale de la sécurité publique (c’est-à-dire patronne des policiers du Cher).

Incivilités et cambriolagesPour cette mission de dix jours, les quinze CRS sancerrois devront surveiller le Val d’Auron et Saint-Germain. « Nous avons enregistré une recrudescence des incivilités, des cambriolages et même de voitures brûlées dans ce quartier et à Saint-Germain-du-Puy. En renfort de nos effectifs classiques, c’est une présence dissuasive pour rassurer la population. »

À la demande de la DDSP du Cher, les CRS effectueront de nombreuses patrouilles pédestres. Hier soir, ils étaient par exemple aux abords et dans le centre commercial du Val d’Auron.

http://www.leberry.fr/cher/actualite/2013/03/21/quinze-crs-en-renfort-durant-10-jours-1484353.html

Le chauffard reste en prison (BOURGES)

accident-rue-louis-mallet-bourges_1053249-300x225

Le conducteur qui avait provoqué un accident dimanche soir rue Louis-Mallet, à Bourges, roulait ivre et sans permis. Il reste en prison encore pour six mois.

La tuile pour un artisan couvreur… qui paye aujourd’hui l’ardoise : six mois de prison ferme, pour une soirée trop arrosée et une succession d’actes irresponsables.Le conducteur, trente-huit ans, a le syndrome du trou noir symptomatique, celui d’une ivresse carabinée : quatre verres de punch et quatre de whisky masquent le déroulé précis de l’accident dont il est à l’origine, dimanche soir, rue Louis Mallet.Pas de permisCirconstances aggravantes : il a pris le volant alors qu’il n’a plus de permis, chargé jusqu’aux yeux, sa fille de cinq ans installée sur le siège passager à l’avant, sans fauteuil adapté pour son âge.Y a-t-il un dieu pour les buveurs patentés, dieu rebaptisé « chance insolente » par le parquet?? Une chance diamétralement opposée à « l’imprudence rare » dont le conducteur a nourri sa fin de soirée pour rentrer chez lui. Du moins tenter, car c’est en prison qu’il dort depuis mardi.Sa fille n’est heureusement que légèrement blessée. En face, dans la BMW qu’il a percutée en se déportant sur la gauche, une autre petite fille s’en est sortie indemne.

Dans sa furie alcoolisée, le conducteur a, ce soir-là, enfilé les délits comme des perles. À son absence de permis de conduire, dilué lui aussi dans de précédentes condamnations aux relents d’alcool, s’ajoute une vitesse excessive, un manque de maîtrise de sa voiture, un refus de se soumettre au dépistage de son taux d’alcoolémie, un outrage aux agents de police. De rage, au commissariat, il a fait voler une porte en éclat. La totale. Dans le box, debout, le couvreur n’est pas très charpenté. Ses réponses sont brèves, l’amnésie post-cuite explique cette absence de détails (2 grammes d’alcool dans le sang).

Roulé en bouleCe dosage abusif renseigne sur son agressivité envers les forces de l’ordre. Pour le maîtriser, les deux policiers ont esquivé coups de boule, de poing et de pied. Ils ont dû appeler les pompiers à la rescousse. Le conducteur, roulé en boule par terre, se cachait les mains pour éviter les prises (et les menottes), sauf pour empoigner un policier et résister violemment à son interpellation. « Mais les policiers ne sont pas là pour se faire frapper et se faire insulter », souligne Me Barbosa, au bénéfice des forces de l’ordre. Elle réclame 600 euros chacun de dommages et intérêts et 600 euros pour les frais de justice.

Vitesse excessive, manque
de maîtrise, outrage…
« L’alcool ne vient jamais tout seul », plaide Me Gaymard pour la défense du conducteur. Le déclencheur?? Une enfance broyée par le suicide de son père quand il avait treize ans. À vingt et un ans, il retrouve sa mère pendue chez lui.

Le conducteur, qui gère une entreprise de couverture avec son beau-père, n’estime pas avoir de souci avec la bouteille. « C’est M. Tout-le-Monde inséré dans la société », ajoute son avocate. Une détention de huit mois de prison, requise par le parquet « n’est pas indispensable dans ce dossier », dit-elle. Le tribunal a entendu la plaidoirie : le conducteur reste en prison pour six mois ferme (six autres avec sursis). Son permis de conduire est annulé.

http://www.leberry.fr/cher/actualite/2013/03/21/le-chauffard-reste-en-prison-1485504.html

 

L’homme frappé avec une batte placé en garde à vue (VIERZON)

 

L’homme qui a été blessé à coups de batte de base-ball mardi, lors d’une rixe dans le centre de Vierzon, a pu quitter l’hôpital.

Des agrafes lui ont été posées sur le crâne. Vincent Bonnefoy, procureur de la République de Bourges, a néanmoins demandé son placement en garde à vue, hier après-midi.

Les gardes à vue des trois hommes, dont deux mineurs, qui avaient été arrêtés mardi après-midi à la suite de cette rixe ont été prolongées hier matin.

Selon leurs déclarations, confortées par des témoignages recueillis par la police, c’est l’homme blessé qui aurait amené la batte et aurait frappé le premier.

Cette rixe violente a eu lieu mardi, vers 16 heures, dans la rue du Maréchal-Joffre, une artère commerçante et fréquentée du centre-ville de Vierzon. De nombreux témoins ont vu la scène, certains ont même essayé d’intervenir. La vitrine d’un salon de coiffure a été cassée lors de cette bagarre.

Pour une raison encore inconnue, l’homme qui a reçu les coups de batte a eu un différend avec les trois autres, qui font partie d’une même famille. Il serait allé chercher une batte de base-ball et aurait frappé un membre de la bande. Les trois jeunes hommes l’auraient alors poursuivi, rattrapé et roué de coups avec sa propre batte. Après la rixe, les policiers ont également retrouvé un couteau et une lame de rasoir.

Les quatre gardés à vue devraient être déférés au parquet de Bourges aujourd’hui. Le procureur de la République décidera de leur avenir judiciaire.

 

http://www.leberry.fr/cher/actualite/2013/03/21/l-homme-frappe-avec-une-batte-place-en-garde-a-vue-1485503.html

Ceciliaromain |
Derisioamigliahabbix |
Tatuaggis18 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Du pain et des jeux
| France 2.0
| Letoutpetitjournal